Conférenciers (ordre alphabétique)

Sebastien Amadieu A la découverte de l'opéra !

A la découverte de l’opéra ! La neuvième saison du cycle poursuivra la voie engagée dans la découverte gourmande de l’univers de l’opéra. Cette année, sept œuvres ont été retenues pour vous, illustrant des styles et des époques très variés. S’appuyant sur les programmations de l’Opéra de Paris, de l’Opéra-Comique et du Théâtre des Champs Elysées ainsi que sur les retransmissions d’opéras au cinéma, le cycle, décortique, analyse, fait chanter sous vos yeux ces airs que vous connaissez, pour certains, que vous découvrirez, pour d’autres. Pour y assister, nul autre besoin que votre soif de découverte. • Le Prince Igor de A. Borodine • Le Barbier de Séville de G. Rossini. • Les Contes d’Hoffmann de J. Offenbach. • Don Giovanni de W.A. Mozart. • Rigoletto de G. Verdi. • L’Or du Rhin de R. Wagner. • 1 récital d’airs d’opéra (programmation du Théâtre des Champs-Elysées). • 1 opéra en direct d’une grande salle internationale (dans le cadre de Viva l’Opera ! avec les cinémas UGC). • Les grands interprètes – chanteurs, chefs d’orchestre. • Les orchestres de l’opéra et ses instruments/Les voix à l’opéra. Immersion dans les différentes formes de l’orchestre à l’opéra selon les époques et les instruments qu’il emploie. Description des caractéristiques des voix en vogue sur la scène lyrique selon les modes du temps et la symbolique de chacune d’entre elles. • Figures féminines à l’opéra : Alceste, Iphigénie, Electre. Vous serez informé de la programmation de l’Opéra de Paris et des autres maisons d’opéra ainsi que des occasions d’entendre les retransmissions ou représentations d’opéra en direct dans les cinémas parisiens.
Rossini imageszvzuo6s5 1

Antoine Assaf Réflexion philosophique sur l'argent

Réflexion philosophique sur l’argent Dans nos économies libérales, l’argent serait-il à la fois l’origine de tous nos maux et de tous nos bonheurs ? D’où vient ce curieux rapport que nous entretenons avec l’argent : assurerait-il notre liberté ou nous asservirait-il ? Fruit du travail mais aussi de la spéculation ou du jeu, reconnaissons que nous pouvons nous montrer avides de posséder ce que parfois nous soupçonnons d’être le résultat de la malversation, de la malhonnêteté. Peut-on aujourd’hui encore, bâtir des utopies sociétales dans lesquelles argent rimerait avec humanité, solidarité, générosité, bonheur de vivre ? • Est-il notre maître ou notre serviteur ? • Est-il une abstraction ou une réalité ? • Quel est le système économique qui l’utilise et le met au service des hommes pour assurer leurs vies ou leurs morts ? • Nous essayerons d’aborder ces questions à travers les systèmes économiques du libéralisme capitalisme ou communisme protectionnisme etc… • Autant d’interrogations pour voir si, dans sa finalité, l’argent peut assurer le bonheur de l’homme!

Maxime Brenaut Chronique juridique et judiciaire

Ouverture d’un procès retentissant, vote d’une loi controversée, prononcé par une juridiction d’une décision significative… Chaque semaine l’actualité juridique fait la une des médias. Les questions de droit occupent aujourd’hui une place privilégiée à la fois dans les débats de société et dans notre vie quotidienne. Nous y sommes tous confrontés, non seulement en tant que justiciables, mais également en tant que citoyens. Bien souvent, pourtant, ces informations sont traitées de manière inexacte, tronquée ou jargonnante. Chaque séance prend pour point de départ un ou plusieurs événements de nature juridique ou judiciaire récemment mis à la « une » et s’efforce d’en expliquer le sens réel pour en dégager les enjeux. Le programme de ce cycle, délibérément ancré dans l’actualité, est donc guidé par cette dernière et par les interrogations qu’elle suscite chez les participants. Il est défini au fur et à mesure. Nous rencontrerons inévitablement les principales branches du droit : droit pénal (garde à vue, instruction, détention), droit social (grève, licenciement), droit constitutionnel (fonctionnement des institutions), système judiciaire et administratif (organisation des juridictions, voies de recours, acteurs du monde judiciaire)... Les débats qui ne manqueront pas de ressurgir sur la réforme de la justice seront également au cœur de nos rencontres. Un cycle conçu comme un décryptage de l’actualité juridique
Th0r0u4eve
Sans titre

Camille Celier des Guerots Les arts de l’Islam, à la croisée des échanges

Les arts de l’Islam, à la croisée des échanges Voyages, échanges, dialogues sont les maîtres-mots de ce nouveau cycle dédié aux arts de l’Islam. Il mettra en avant la grande perméabilité de ces productions à des influences culturelles et artistiques d’horizons variés se fondant dans des œuvres originales. Cette singularité n’a-t-elle pas favorisé l’engouement des Occidentaux pour ces arts ? A moins que leur morceau d’histoire commune avec les « Sarrasins » n’ait jamais cessé de retentir... Les quatre premières séances passées entre Orient et Occident seront suivies d’un hommage spécial au patrimoine islamique de deux pays meurtris par la guerre : la Syrie et l’Irak. • Un rêve d’Orient : l’attrait de l’Occident pour les arts de l’Islam • Islam versus islam : une production artistique perméable aux religions • Le dialogue de l’arabesque et du lotus : l’influence de la Chine sur les créations d’art islamique • L’héritage islamique en France : état des vestiges de l’occupation sarrasine dans l’Hexagone • Hommage à des patrimoines meurtris : - chefs d’œuvre de la Syrie islamique (1) - splendeurs de l’Irak abbaside (2)

Frederic Cohen-Tenoudji L'épanouissement de la science

L’épanouissement de la science Ce programme fait suite au "voyage scientifique" proposé la saison dernière, au fil duquel nous avions étudié la manière dont les développements jusqu'au XIXe siècle ont préparé l'explosion actuelle des connaissances. Cette saison, nous irons à la rencontre des progrès de la science et de la technique au cours des 150 dernières années. Nous étudierons comment ces progrès ont entraîné plusieurs révolutions successives dans notre mode de vie. • Nous suivrons les évolutions de la physique vers le monde quantique et relativiste, vers la révélation de la structure subatomique à l’aide des grands instruments de la connaissance. • Nous verrons comment les progrès de l’électronique ont permis l’essor des télécommunications et le passage au monde numérique, le développement de l’informatique, du monde de l’ordinateur individuel et de l’Internet, de la robotique. • Nous décrirons les progrès de la biologie et de la génétique, les progrès de la médecine et des moyens médicaux d’investigation, en particulier, les techniques d’imagerie médicale. • Nous irons à la rencontre des acteurs de ces progrès, des prix Nobel aux grands inventeurs.

Joel Cornette La violence et la foi aux Temps modernes : les guerres de religion 1562-1610

La violence et la foi : les guerres de Religion (1562-1610) Depuis une quarantaine d’années, des études neuves ont modifié notre approche et notre appréhension de la grande rupture qui marque le XVIe siècle : la Réforme protestante et les guerres de Religion, qui ont ensanglanté le royaume de France à partir des années 1560. Nous proposons d’ouvrir de nouveau ce dossier brûlant, qui mêle la violence et la foi, à partir d’une série de thématiques qui nous permettront de comprendre et d’analyser la brutalité des « Guerriers de Dieu » qui culmine avec la saint Barthélemy (août 1572) et les fureurs de la Ligue, avant que Henri IV, par l’édit de Nantes (avril 1598), ne contribue à pacifier les corps et les esprits en séparant la sphère publique et la sphère privée. Séparation fondatrice : une véritable révolution, qui distingue le croyant, libre de sa foi, et le sujet obéissant, fidèle à son roi. Pour rendre compte de cette histoire dramatique, quelques thématiques nous retiendront particulièrement, depuis les réponses que Jean Calvin apporte à l’angoisse du salut, jusqu’à l’assassinat d’Henri IV, par François Ravaillac en mai 1610. • Une Réforme à la française : Jean Calvin • Huit guerres, huit paix. Violences catholiques, violences protestantes : un travelling chronologique (1562-1598) • Une violence spécifique. L’iconoclasme : les enjeux de la mise à mort des images • Un portrait en action. Catherine de Médicis : de la veuve tueuse à la réhabilitation d’une reine • Les multiples énigmes posées par les « matines sanglantes » de la Saint-Barthélemy (août 1572) • L’extraordinaire destin de Henri IV : du « saut périlleux » à son assassinat, sans oublier, bien sûr, l’édit de Nantes

Elisabeth Crémieu Grands problèmes démographiques

Grands problèmes démographiques Les questions de population sont essentielles pour comprendre le monde actuel, des problèmes géopolitiques et politiques aux problèmes environnementaux. Or, la population mondiale a connu et connaît des évolutions spectaculaires : elle est passée de 1,5 milliard de personnes en 1900 à 7,6 milliards aujourd’hui, tandis que sa répartition était profondément modifiée. Ces évolutions nourrissent des craintes de surpeuplement et de « grand remplacement ». Nous proposons d’étudier ces évolutions en variant les niveaux d’analyse, du global au local • De 1900 à aujourd’hui, la population mondiale a été multipliée par cinq : un phénomène d’importance capitale • La « bombe démographique » africaine • Entre baisse et croissance de la population suivant les continents et les pays, une nouvelle répartition de la population mondiale, et des flux migratoires de plus en plus importants • Les politiques démographiques : quels objectifs, quels moyens, quelle efficacité ? Comparaison entre la Chine et l’Inde • La métropolisation du monde : progrès ou problème ? • La démographie française, une exception en Europe •

Véronique Defauw La route culturelle de la vigne et du vin

•La route culturelle de la vigne et du vin De si loin que s’écrit l’histoire des civilisations, elle s’écrit avec des gouttes de vin. Pas de mythologie sans vigne, pas de romain sans vin, pas de Moyen-Âge sans un divin breuvage. L’art se décline en dessinant des vignes, en colorant des verres. La route culturelle de la vigne et du vin De si loin que s’écrit l’histoire des civilisations, elle s’écrit avec des gouttes de vin. Pas de mythologie sans vigne, pas de romain sans vin, pas de Moyen-Âge sans un divin breuvage. L’art se décline en dessinant des vignes, en colorant des verres. Tout est histoire de vin de la Guerre des Gaules à la Révolution française, de la découverte du luxe à l’ivresse poétique. La peinture, l’architecture, la sculpture s’en inspirent. La couleur du vin est une histoire millénaire, à consommer sans modération. (cycle de conférences sur deux années) • A l'origine du vin • Les mystères de Dionysos et l'ivresse de Bacchus • Rome et les Gaulois, une histoire de vin • Symbole et spiritualité du vin • Le vin au Moyen-Age, implantations religieuses • Le clos de Bourgogne et l'art du duché (2 conférences) • La guerre des vins • Venise et le commerce du vin • Le vin à la Renaissance • Le retour de Bacchus

Véronique Defauw Femmes artistes, femmes modèles

Femmes artistes, femmes modèles Si les noms d’Artémisia Gentileschi et Elisabeth Vigée-Lebrun ont traversé l’histoire, bien d’autres furent oubliés. Aujourd’hui réapparaissent, des femmes peintres, sculpteurs, célèbres à leur époque mais qui disparurent après leur mort, confondues souvent dans l‘œuvre de leurs confrères masculins. Femmes modèles, épouses parfaites, filles respectueuses, elles ont réussi le temps de leur vie à se faire une place au soleil. Il est temps de leur rendre leur nom et leur œuvre. En partant des premiers âges de la chrétienté jusqu’à aujourd’hui, nous étudierons les conditions professionnelles, sociales et familiales de ces artistes uniques. (cycle de conférences sur deux années) • L'Antiquité, des modèles pour l'éternité • Moyen-Âge : du couvent à l'atelier • La cité des dames de Christine de Pisan • La Renaissance en Italie • La Renaissance aux Pays-Bas et en Angleterre • Les nouveaux modèles : Judith ou Salomé • Retour aux modèles classiques : le nu et la muse • Les femmes célèbres : modèles ou mécènes (Isabelle d'Este, Lucrèce Borgia) • Le XVIIe siècle un sujet féminin : la nature morte • Premières écoles et académies pour femmes au XVIIe siècle • Peintres et sculpteurs célèbres du XVIIe siècle : Judith Leyster, Mary Beale.

Patrice Delon L'astrophysique au XXIe siècle

L'astrophysique au XXIe siècle L’astrophysique, depuis la fin du XXe siècle, connaît des développements rapides, surtout ces vingt dernières années, grâce aux nouvelles technologies qui ont permis le succès de plusieurs programmes d’exploration spatiales. Ceux-ci ont des conséquences importantes sur la compréhension de notre univers ainsi qu’en physique fondamentale. Les espoirs des hommes de conquérir d’autres mondes, tant pour augmenter nos connaissances que pour des raisons purement économiques, stimulent la recherche en physique et l’investissement des grands acteurs économiques. • La technologie spatiale du XXIe siècle, un monde uniquement de robots ? • Le soleil, son rayonnement et les radiations cosmiques, qu’avons-nous découverts ? • Mercure, Mars et Venus, trois planètes assez semblables mais aux potentiels différents • Les satellites de Jupiter et de Saturne, une trace de vie ? • Le monde des astéroïdes et des comètes, un nouvel eldorado minier ? • Les trous noirs et les trous de ver, une porte sur les destinations lointaines ? • Les ondes gravitationnelles et la structure de l’espace-temps, augmenter notre perception visuelle • L’origine de l’univers, la lumière du Big-Bang, d’où venons-nous, qui sommes-nous ? • Etrangetés de l’univers : quasars, étoiles variables, supernova • Exobiologie et vie extraterrestre, les principaux résultats • Conquête spatiale et écologie terrestre, une ambition commune ?

Hélène de la Selle L'art occidental au XXe siècle : l'époque récente

L’art occidental de 1945 à nos jours La plus grande révolution artistique de tous les temps, amorcée au début du XXe siècle, va s’emballer après la seconde guerre mondiale. De nouveaux matériaux (laiton, plexiglas, plastique…) et de nouvelles technologies, toujours plus innovantes (vidéo, ordinateur…), bouleversent désormais radicalement les critères esthétiques. Alliées à une volonté de renouveau artistique mais aussi de provocation, ces innovations restent bien souvent incomprises. Elles témoignent cependant d’une audace et d’une inventivité créatrice qu’il est nécessaire de découvrir et de mieux comprendre. • L’architecture et la sculpture contemporaines : nouveaux matériaux et nouvelle esthétique. • L’après-guerre et l’Amérique • Le Pop Art : Hockney, Warhol… • Le Land Art : l’art éphémère et la nature. • L’Hyperréalisme et la fin des années 60 aux États-Unis. • L’art contemporain ; les nouveaux médias

Benoît Dusart Grands musées d'Amérique

Grands musées d’Amérique Qu’ils prennent la forme de temples à l’antique ou adoptent des volumes extravagants, signés des « starchitectes » d’aujourd’hui, les musées constituent d’éminents points de repère dans le paysage des métropoles américaines. Conservateurs et administrateurs – les puissants trustees – veillent à enrichir des collections dont le niveau de qualité n’a rien à envier aux vénérables institutions d’outre-Atlantique. Ces musées partagent la même ambition, favoriser la rencontre du public avec les chefs-d’œuvre de l’art. • Le Metropolitan Museum of Art de New York • Deux institutions de la côte Est : Boston et Philadelphie • L’art au campus, de Yale à Harvard • Une allée de musées : le National Mall à Washington • L’Art Institute à Chicago • Sur les rives des Grands Lacs, de Detroit à Cleveland • En passant par le Canada : Ottawa, Montréal, Québec • Musées du Middle West, de Kansas City à Indianapolis • Au pays du pétrole : Dallas, Fort Worth et Houston • De Pasadena à Malibu, les grandes collections de Los Angeles • Art ancien, art moderne à San Francisco

Sébastien Fath Populismes et religion

Populisme et religion Circulations transatlantiques Depuis l'émergence de la démocratie parlementaire, le populisme n'a jamais disparu du paysage politique. Mais on l'avait un peu oublié. L'élection fracassante de Donald J. Trump à la tête des États-Unis en 2016, puis celle de Jair Bolsonaro à la tête du Brésil en 2018, ont remédiatisé le phénomène. D'autres figures politiques autoritaires et réputées "proches du peuple" ont également défrayé la chronique : c'est le cas de Viktor Orban (premier-ministre de Hongrie depuis 2010), Recep Tayyip Erdogan (président de la Turquie depuis 2014), Andrzej Duda (président polonais depuis 2015) ou même Vladimir Poutine (président russe depuis 2012). Une "vague populiste" déferlerait-elle aujourd'hui sur le monde ? Et si oui, sur quoi s'appuie-t-elle ? Dans un monde multipolaire en tensions, la religion semble constituer une ressource politique, y compris au service des démagogues qui prétendent se faire les interprètes du "peuple". Et si le christianisme nourrissait les populismes ? L'orthodoxie russe, derrière Poutine, et la droite évangélique, derrière Trump, fonctionneraient comme des aimants à électeurs et des vecteurs de légitimation. Mais la religion peut aussi constituer un rempart anti-populiste. Pour y voir plus clair, et bien définir les notions (populiste n'est pas synonyme de populaire), ce cycle propose des clefs d'analyse sur les enjeux entre populisme et religion à partir de l'espace transatlantique. On s'appuiera sur quatre exemples : les États-Unis de Trump, le Brésil de Bolsonaro, la Russie et le Royaume-Uni. • Poser le cadre : politique et religion, populaires ou populistes ? • Tour du monde : une "internationale populiste" ? • Le déclassement, aux racines du populisme ? • Comprendre le phénomène populiste Donald Trump (USA) • Quel rôle de la religion dans le soutien électoral de Trump ? (USA) • Comprendre le phénomène populiste Bolsonaro (Brésil) • Quel rôle de la religion dans le soutien électoral de Bolsonaro ? (Brésil) • Vladimir Poutine, un autocrate populiste qui utilise la religion ? (Russie) • Que veut le "peuple" britannique ? Religion, politique, Brexit (Royaume-Uni) • Quand la religion nourrit le populisme • Quand la religion réduit le populisme

Raphaël Fonfroide Comprendre l'art actuel

Comprendre l’art actuel La difficulté de lecture de la majorité des œuvres d’art contemporain ne provient pas du fait qu’elles seraient plus compliquées que celles des siècles précédents mais de ce que nous cherchons à les interpréter avec des outils d’analyse périmés. Ce cycle ambitionne de vous fournir les bases pour appréhender l’art actuel. • Ben & Fluxus : « Tout est art » Ces artistes organisent des manifestations où l’aléatoire, le flux de la vie, occupent une place primordiale. Fluxus joue de la provocation pour contester les hiérarchies artistiques. • Cy Twombly : l’écriture dans la peinture Antoni Tàpies, Roman Opalka, Jochen Gerz et Cy Twombly pour un déluge de signes graphiques, d’inscriptions alphabétiques et numériques plus ou moins lisibles. • Gerhard Richter : peindre d’après la photographie Dans les années 60, Gerhard Richter s’interroge sur le statut de la peinture et ses conventions. Postulant l’équivalence entre abstraction et figuration, il explore le statut de l’image. • Bertrand Lavier : le readymade après Duchamp Bertrand Lavier travaille sur les limites poreuses de l’art. Au lieu de peindre des objets sur des toiles, il les recouvre littéralement de peinture, ce qui leur donne une nouvelle visibilité. • Gilles Barbier : position du contre-pied et esprit quantique Barbier constate la difficulté à avoir une seule idée forte, une démarche identifiable et percutante. Il recherche un dispositif décidant des chemins à explorer « à la place de l’artiste ». • Dominique Gonzalez-Foerster : l’inclassable ! Cette artiste plonge les visiteurs dans des ambiances variées : des espaces baignés de lumière, des dispositifs narratifs, cinématographiques et littéraires visant à l’introspection.

Guillaume Gaudet Parcours de femmes artistes

Parcours de femmes artistes Tout au long du 19e siècle, l'image et la place réservées aux femmes dans la société évoluent. La République a choisi de s'incarner dans une femme maternelle et protectrice. Parcours de femmes artistes En littérature, Alexandre Dumas et Balzac en font des héroïnes littéraires avec la Dame aux Camélias et Madame Bovary. Dans la haute société, les femmes tiennent des salons littéraires où le Tout-Paris se presse. Certaines se lancent dans une carrière d'artiste : Mary Cassatt et Berthe Morisot, d'abord modèles de Manet et de Degas, deviennent ensuite elles-mêmes peintres. Et à partir de 1896, c'est l’École des Beaux-Arts qui ouvre enfin ses portes aux femmes. Mais cette émancipation naissante est bien évidemment encadrée par les hommes qui freinent au besoin ce mouvement afin que les femmes n'empiètent pas sur leurs domaines réservés. Le vote restera ainsi une affaire d'hommes : les hommes politiques, même ceux de la IIIe République, leur refuseront obstinément ce droit et, de manière générale, verront toujours d'un mauvais œil les revendications féministes qui accompagnent leurs soulèvements populaires de 1848 et 1870. Dans le monde de l'art, les hommes n'acceptent pas que les femmes les concurrencent : on ne les soutient volontiers que lorsqu'elles sont inoffensives et œuvrent dans des domaines considérés comme mineurs, comme l'artisanat, les Arts décoratifs, ou quand elles peignent des « sujets de femmes », le foyer, la mode ou la couture. A travers la vie et l’œuvre de sept femmes artistes, ce cycle de conférences se propose de retracer l'histoire de leur émancipation, artistique autant que sociale, face à une société et un monde de l'art profondément masculin et misogyne. • Elisabeth Vigée Le Brun, • Félicie de Fauveau, • Mary Cassatt/Berthe Morisot, • Suzanne Valadon, • Camille Claudel, • Frida Kahlo

Arnaud Houte Les sociétés européennes face au terrorisme (XIXe-XXe siècle)

Les sociétés européennes face au terrorisme (XIXe-XXe siècle) Le terrorisme fait malheureusement partie de notre actualité quotidienne, au début du XXIe siècle. Pourquoi et comment ce mode d'action s'est-il installé, dans nos sociétés depuis 1800 et comment les États y ont-ils fait face. • « L'ouragan homicide » du XIXe siècle Depuis en 1800 l'attentat rue Saint-Nicaise, contre Bonaparte, les tentatives de régicide se multiplient en aval de la Révolution Française, aux idées hostiles à l'ordre établi, et de répression des pouvoirs dynastiques du XIXe siècle. Les sociétés européennes face au terrorisme (XIXe-XXe siècle) Le terrorisme fait malheureusement partie de notre actualité quotidienne, au début du XXIe siècle. Pourquoi et comment ce mode d'action s'est-il installé, dans nos sociétés depuis 1800 et comment les États y ont-ils fait face. • « L'ouragan homicide » du XIXe siècle Depuis en 1800 l'attentat rue Saint-Nicaise, contre Bonaparte, les tentatives de régicide se multiplient en aval de la Révolution Française, aux idées hostiles à l'ordre établi, et de répression des pouvoirs dynastiques du XIXe siècle. • Les attentats anarchistes Un roi d'Italie, une impératrice d'Autriche (la célèbre Sissi), un président français, furent victimes du terrorisme anarchiste qui s'installe en Europe à l'extrême fin du XIXe siècle. Illustrant la « propagande par le fait » sans l'articuler avec les tensions sociales et politiques de cette époque. • Entre nationalisme et résistance : le mythe du partisan Depuis l'attentat de Sarajevo (1914) jusqu'aux opérations du FLN et de l'OAS, les guerres du XXe siècle sont liées aux actions terroristes. Un nouveau modèle émerge, celui du « partisan », acteur héroïque d'une guerre irrégulière. Apparaissent alors de nombreux discours de légitimation du terrorisme. • Après 68 : les « années de plomb » européennes La bande à Baader, les « brigades rouges » (mais aussi les néo-fascistes italiens), Action Directe... Voilà une série de noms qui rappellent la violence des « années 68 ». Il faudra en comprendre les causes et en décrire les ressorts. • Des terrorismes sous contrôle ? À la fin du XXe siècle, la menace terroriste reste présente tant à Paris qu’à Londres (IRA), ou en Espagne (ETA). Ils semblent mieux maîtrisés par des États mieux préparés. Peut-on espérer une fin du terrorisme ? • Le djihadisme et l'Europe depuis la fin du XXe siècle Le terrorisme djihadiste apparaît véritablement en France au milieu des années 1990 et frappe bientôt l'Europe puis le monde entier. Une réflexion globale sur les nouvelles formes du terrorisme à l'heure médiatique s’impose. •

Emilie Jean Les grandes expositions à Paris

Ce cycle a pour objet de présenter les grandes expositions liées à l’actualité des musées et des galeries nationales. Pour préparer votre visite ou pour « revisiter » l’expo avec un regard plus averti. Voici quelques-uns des événements artistiques proposés pour la saison 2019-2020. • L’Âge d’or de la peinture anglaise : Turner, Reynolds, Gainsborough,… (11 septembre 2019 - 31 janvier 2020), Musée du Luxembourg • Francis Bacon (11 septembre 2019 - 20 janvier 2020), Centre Pompidou • Henri de Toulouse-Lautrec (9 octobre 2019 - 27 janvier 2020), Grand Palais • Le Greco (16 octobre 2019 - 10 février 2020), Grand Palais • Léonard de Vinci (24 octobre 2019 - 25 février 2020), Musée du Louvre • Christian Boltanski (13 novembre 2019 - 16 mars 2020), Centre Pompidou À l’heure où nous éditons cette brochure, nous ne pouvons garantir les dates des expositions ; nous ne connaissons pas encore la programmation du 1er semestre 2020. Émilie Jean adaptera son programme en fonction de l’actualité.

Sabine Lefebvre Les grands conquérants romains

Les grands conquérants romains La dimension de l’empire romain surprend toujours, encore plus quand on se remémore la fondation de Rome en 753 avant J-C : une petite cité est devenue la capitale d’un immense territoire. Cet agrandissement s’est opéré peu à peu au fil des siècles : c’est aux généraux romains et à la force de l’armée romaine qu’on le doit. Si la plupart d’entre eux sont restés peu connus, certains, par leur charisme, leur destinée, mais aussi par leurs conquêtes particulièrement significatives ont marqué l’histoire de l’Empire romain. A travers des épisodes de la fin de la République et de la période impériale, nous verrons l’Empire s’agrandir grâce aux légions romaines et à la diplomatie des dirigeants. • Scipion Emilien : et Carthage devient romaine • Pompée et l’aventure orientale • Auguste, l’inventeur d’un empire fini • Claude, un conquérant discret • Trajan, le grand vainqueur des Daces, des Arabes et des Parthes • Septime Sévère et la consolidation du limes

Christian Makarian Géopolitique

Xi jinping brazil 2013
Putin with flag of russia
Le désordre du monde n’est pas le fruit d’une fatalité. Il résulte d’une série de facteurs profonds qui plongent souvent leurs racines dans des déséquilibres flagrants, mais aussi dans des histoires millénaires et une longue série d’humiliations ou de frustrations enfouies. Ce ne sont pas les tensions qui définissent le caractère plus ou moins dangereux d’une époque, car il y eut de tout temps des heurts et des déflagrations ; ce sont bien davantage la disparition du « directoire mondial » et l’effacement des constructions qui conditionnaient les rapports internationaux qui expliquent la sensation actuelle d’une planète en perdition. La guerre froide a développé un niveau de menace jamais atteint ; or elle correspondait néanmoins à une logique de blocs qui régissait les nations et canalisait leurs débordements. Depuis la fin du conflit est-ouest, avec la disparition des grandes confrontations idéologiques, les logiques d’affrontement ont laissé place à une fragmentation d’un type inédit. Jamais les individus n’ont eu autant de facilités à se déplacer d’une culture à l’autre, à travers les fuseaux horaires et les latitudes ; pourtant jamais la planète n’a paru aussi compartimentée, cloisonnée, hostile aux uns ou aux autres. Sommes-nous condamnés à ne pas comprendre et à subir ? En aucun cas. Les relations internationales exigent désormais une forte dose de connaissance des intérêts en présence tout autant que des civilisations concernées ou des mécanismes de décision. Jamais le monde n’a eu autant besoin de connaissance, de sérénité et de réflexion.
Sans titre 2
Emmanuel macron in tallinn digital summit welcome dinner hosted by he donald tusk handshake 36669381364 cropped 2

Olivier Marty Instabilités internationales

Instabilités internationales Après avoir abordé, à l’automne dernier, un certain nombre de problèmes économiques structurels (fin de la croissance, du travail, inégalités ou instabilités financières), ce nouveau cycle de conférences se propose de dresser un panorama contrasté de l’économie et de la géopolitique internationale. En Amérique, les États-Unis profitent d’une croissance continue depuis dix ans mais sont en proie à des faiblesses internes importantes, qui jettent un inconfortable doute sur leur capacité à maintenir leur rang de grande puissance. La situation de la Chine parait être inverse : si la croissance y ralentit, les déterminants de l’ascension du pays et sa maitrise des risques restent intacts. Entre les deux, bon nombre de pays émergents voient leurs dynamiques heurtées par le ralentissement du commerce international et assujetties à des chocs externes. De même, l’Europe et l’Afrique, qui à bien des égards forment une communauté de destin, ne semblent pas en mesure de tirer pleinement profit des mutations économiques contemporaines, tout en faisant face à de nombreux défis conjoints, dont en particulier celui des migrations. De son côté, la France d’Emmanuel Macron est-elle bien engagée sur la voie de réformes efficaces, permettant à la fois de résoudre les maux structurels de l’économie et de ressouder le corps social autour d’un projet collectif lui permettant, en confiance, de tirer pleinement profit de la mondialisation ?

Christian Monjou Visages du modernisme en peinture

De toutes les choses que l’art moderne a bousculées, l’image est peut-être pour notre regard, la plus déstabilisante. D toutes les choses que l’art moderne a bousculées, l’image est peut-être pour notre regard, la plus déstabilisante. Les six séances, sans pour autant prétendre à l’exhaustivité seront consacrées à cinq peintres majeurs ayant le plus contribué à l’émergence du « modernisme » en peinture. Elles interrogeront l’acte de peindre par lequel rendre compte de la question du réel en « secouant »constamment le regard. • Le Douanier Rousseau ou la naïveté sage du regard • Henri Matisse ou seule la couleur peut combler le regard • Marcel Duchamp ou casser le regard • Pablo Picasso ou jamais ne se lasser de raviver le regard (2 séances) • Nicolas de Staël ou ré-enchanter le regard.

Vincent Moriniaux Religions et alimentation

Religions et alimentation Géographie des pratiques alimentaires liées aux traditions religieuses La presse occidentale multiplie depuis quelques années les dossiers autour d’une question devenue centrale dans nos sociétés : sommes-nous encore capables de manger ensemble ? La « communion » du repas se perdrait-elle ? Nos assiettes reflètent bien le double mouvement de sécularisation et de retour du religieux (Olivier Roy, La Sainte Ignorance : le temps de la religion sans culture, Seuil, 2008). Les religions ont toutes produit des règles alimentaires qui permettent à l’individu de bien vivre son identité humaine au sein d’un groupe reconnu à ses rites de table. C’est d’abord à un tour du monde de ces règles qu’invite ce cycle de conférences (2 à 7). Les prescriptions alimentaires d’origine religieuses dominent encore les consommations d’une large partie du monde : ne sont-elles en réalité qu’une façon d’organiser au mieux des modes de production et des marchés ? (8 et 10). Au-delà des allergies, d’ailleurs plus souvent invoquées que réelles, chacun se « concocte » un régime alimentaire fait de convictions éthiques personnelles (il faut manger sain, équitable, en respectant le bien-être animal, l’environnement etc.) : n’assiste-t-on pas à l’émergence de nouvelles religiosités voire religions ? • Manger est un acte profondément religieux • Le judaïsme • Le christianisme • L’islam • L’hindouisme • Le bouddhisme • Le shintoïsme • Faut-il chercher une explication rationnelle aux interdits alimentaires ? • Le halal et le casher, si proches et pourtant si différents • La production alimentaire des congrégations religieuses catholiques • Le bio et le véganisme, nouvelles religions ?

Eric Parmentier La peinture italienne au temps de la Renaissance :

La peinture italienne à la Renaissance 1ère partie : la Première Renaissance et ses fondements (1300-1500) A l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci et de Raphaël, célébré internationalement durant la saison 2019-20, ce cycle de conférences replacera l’itinéraire de ces deux génies au sein d’un ample mouvement intellectuel et artistique, dont les prémices s’annoncent en Italie centrale dès le tournant du Trecento. Accompagnant les réflexions des humanistes et des théoriciens, héritant des traditions propres à chaque centre de création, et sensibles aux influences transalpines, les artistes italiens ont élaboré et diffusé un système figuratif fondé sur une conception renouvelée du monde, de l’homme, et de leur art, élargissant définitivement le champ de la peinture occidentale. • Le renouveau de la peinture au tournant du Trecento : Florence, Assise et Rome • L’école siennoise et ses développements au Trecento • Les conquêtes picturales de Florence dans la première moitié du Quattrocento • La diffusion d’un art nouveau et les persistances d’une esthétique « gothique » • L’affirmation de centres originaux en Italie du Nord : Ferrare, Padoue et Mantoue • L’éclosion de la Renaissance à Venise, dans la seconde moitié du Quattrocento

Bruno Paradis, L’œuvre d’art et la mémoire

L’œuvre d’art et la mémoire Nous nous proposons, cette année, de réfléchir sur le rapport entre l’œuvre d’art et la mémoire. Pour ce faire, nous commencerons par distinguer deux notions, travailler et œuvrer. Si le travail répond à une nécessité vitale, l’œuvre d’art est une réalisation visant à défier le temps, et la mort. Il apparaîtra que ce défi est inséparable de la constitution d’une mémoire collective. Le problème qui se pose alors n’est plus simplement de faire œuvre, mais d’assurer la permanence de l’œuvre. Cela nous conduira à nous interroger sur le musée. Si Mnémosyne, la déesse de la mémoire, est la mère des muses, nous la suivrons à travers l’histoire depuis Hésiode jusqu’au Musée imaginaire de Malraux. Les lectures sur lesquelles nous nous appuierons sont : • Hésiode : Théogonie • Aristote : Poétique • Emmanuel Kant : Critique de la faculté de juger • Hannah Arendt : Condition de l’homme moderne • André Malraux : Le Musée imaginaire

Benoît Pellistrandi L'Espagne,

L’Espagne, une énigme historique ? La crise catalane a rappelé aux Européens que l’Espagne ne va pas de soi. Faut-il parler d’Espagne ou des Espagnes ? L Espagne, une énigme historique ? L’identité de ce grand pays européen ne saurait se résumer en quelques clichés (le soleil, l’art de vivre, la fête). Pour l’approcher, il faut tout à la fois parcourir sa géographie et ses productions culturelles, examiner les héritages historiques qui la constituent et lui donnent une singularité évidente en Europe. • Approche géographique des Espagnes • L’Espagne des trois religions, mythe ou réalité ? • La légende noire de l’Espagne • Un Siècle d’or réel ou stéréotypé ? • Face à la décadence • Penser l’Espagne moderne

Hélène Pierrakos Quand la musique voyage...

Quand la musique voyage… D’incessants voyages et jeux d’influences marquent la création musicale européenne depuis le baroque jusqu’aujourd’hui. • La musique, lieu par excellence du voyage Comment se fixe un style national, comment il se nourrit de ceux qui l’entourent. Œuvres de Lulli, Rameau, Bach, Haydn… • L’Europe baroque, terre d’incessants voyages A l’ère Baroque, les styles musicaux sont bien souvent des alliages, ce que manifestent les œuvres de Bach, Vivaldi, Corelli, Buxtehude... • L’opéra italien… des Allemands Hasse à Naples, Haendel à Londres composeront des opéras sérias en italien. Haydn et Mozart s’y consacreront pleinement. • Turqueries lyriques De Mozart à Rossini et Weber, une Turquie de fantaisie à l’opéra • Le Voyage en Italie des romantiques allemands À la suite de Goethe, le voyage italien des allemands. Œuvres de Mendelssohn, Liszt, Wolf… • Sonorités hongroises et tziganes Le ton hongrois et tzigane dans la musique allemande du XIXe siècle. • L’Espagne rêvée des Français Œuvres de Chabrier, Debussy, Ravel… • Paris années 20 Paris musical et cosmopolite - Stravinsky, Enesco, Martinu… • Darius Milhaud et le Brésil Milhaud accompagne Paul Claudel en Amérique du Sud et en rapporte plusieurs œuvres musicales d’inspiration brésilienne. • Jazz Comment le jazz, né aux Etats-Unis, s’importe en Europe et se mêle au monde classique. Œuvres de Gershwin, Stravinsky, Schulhoff… • America, America ! Fuyant le nazisme, de nombreux musiciens européens s’embarquent pour l’Amérique où ils écriront pour Hollywood et le music-hall. Weill, Eisler, Korngold… •

Marie-Agnès Renaud Du Moyen-Age à la Renaissance en Europe du Nord : autour de Jérôme Bosch

Du Moyen-Age à la Renaissance en Europe du Nord : autour de Jérôme Bosch En Europe du Nord, entre le religieux, thème surnaturel et invisible du Moyen-Age, et la nature visible et sensible, référence essentielle de la Renaissance, l'œuvre de Jérôme Bosch tient une place essentielle. Elle s'impose par son originalité absolue, la richesse de son iconographie, la séduction de ses couleurs et formes. Ses contemporains et successeurs s'inspireront de ses thèmes et de son style, jusqu'aux surréalistes, ce qui atteste de sa modernité. Il y a un avant, un pendant, un après Jérôme Bosch. • Le Moyen-Age : obsession du péché et démoniaques tentations, peur et ferveur médiévales • Bosch, le regard sur le monde : L'Escamoteur, La Nef des fous, Le Jardin des délices, … • Bosch, le regard sur la foi : Les Sept péchés capitaux, La Tentation de Saint Antoine, ... • L'influence de Bosch : Patinir et le paysage fantastique, l'École Germanique (Grünewald, Altdorfer, ...) • Brueghel, le combat du Bien et du Mal : l'imagerie fantastique héritée de Bosch • Brueghel, l'affranchissement humaniste : les réjouissances du monde sous les lois de la nature et des hommes

Alain Soubigou Une histoire des rebelles

Une histoire des rebelles N’importe quelle crapule qui a mené des voies de faits contre les forces de l’ordre se voit appliquer des sanctions pour « rébellion ». Est-ce pourtant un rebelle ? Quelle distinction avec les opposants, résistants, dissidents, hérétiques, hétérodoxes, réfractaires ? Qui furent les vrais rebelles dans l’histoire ? • Spartacus • Vercingétorix • Boudicca, reine des Calédoniens • Savonarole l’imprécateur • Martin Luther • Giordano Bruno, martyr de la science • Louis-Dominique Cartouche • Garibaldi • Louise Michel • Nelson Mandela • Malala Yousafzai, prix Nobel de la Paix à 17 ans

Bruno Streiff Histoires d'enfances

Histoires d’enfances L’enfance et ses représentations, un thème qui offre l’opportunité de poser un regard neuf sur le monde et sa réalité. Sans doute aussi l’occasion d’utiliser la fraîcheur d’un acteur qui n’en est pas un, qui n’a pas été déformé par le système et les écoles de théâtre. Une cire vierge à modeler. Le regard de l’enfant, sa sensibilité, tout ce qui passe dans la caméra par le talent d’un réalisateur et de son équipe. Regard qui, souvent au cinéma, symbolise celui que les adultes devraient porter sur eux-mêmes et sur le monde. En ce sens, déclinée sous toutes ses formes, l’enfance au cinéma ne nous laisse pas indemnes : elle nous invite à la réflexion sur nos existences d’adultes. • Garnements : Yves Robert : La Guerre des boutons ; François Truffaut : Les 400 Coups • Innocence : Jean Renoir : Le Fleuve ; Charles Laughton : La Nuit du chasseur • Fantaisies : Walt Disney : Le Livre de la jungle ; Tim Burton : Charlie et la chocolaterie • Enfance martyrisée : Michael Hanneke : Le Ruban blanc ; Volker Schlöndorff : Le Tambour • En famille : Federico Fellini : Amarcord ; Bertrand Tavernier : L’Horloger de Saint-Paul • Relation aux parents : Carlos Saura : Cria Cuervos ; Roberto Benigni : La vie est belle • L’instruction : Hana Makhmalbaf : Le Cahier; Ken Loach : Kes • Mal partis : Louis Malle : Zazie dans le métro ; Charlie Chaplin : Le Kid • Incompris : Luigi Comencini : L’Incompris ; Stephen Daldry : Billy Elliott • Délinquance : Yilmaz Güney : Le Mur ; Rodrigo Pla : La Zona R. Pla : La Zona • Adultes dévoués : Nadav Lapid : L’Institutrice ; Xavier de Lauzanne : Les Pépites

Jean-Philippe Testud Collections et collectionneurs

Collections et collectionneurs Collections et collectionneurs L’histoire des grandes collections est souvent celle de grandes familles ou de grands hommes : collections de François Ier, de Mazarin; collections impériales des Habsbourg à Vienne ou de Charles Ier d’Angleterre qui vingt années durant, amassa les œuvres de grands peintres dont fit partie le Salvator Mundi de Leonard de Vinci racheté récemment par un prince saoudien pour la somme de 450 millions de dollars. Plus proches de nous, nous évoquerons les Rothschild, les JacquemartAndré, les Camondo et leur tragique destin ainsi que quelques grandes collections américaines comme celles des Rockfeller et des Getty. Enfin, avant de pouvoir la visiter en 2020 dans son espace dédié au sein de l’Hôtel de la Marine à Paris, nous découvrirons les trésors de la collection AL-Thani du Qatar. •  Introduction •  Antiquité et Moyen Age •  Princes de la Renaissance •  Les Habsbourg •  Charles Ier d’Angleterre versus Louis XIV •  Catherine II en son Ermitage •  Marie-Antoinette •  Collectionneurs du XIXe, des Rothschild aux Camondo, en passant par Jacquemart-André •  Les collections perdues pour la France : Wallace, Galliera, Gulbenkian et 1887, la vente des Bijoux de la Couronne •  Les collections des Etats-Unis: Rockefeller, Getty, Forbes et autres… •  La collection Al-Thani et les nouveaux collectionneurs.

Date de dernière mise à jour : 08/04/2019