Histoire et civilisation

Img568 ephese bibliotheque de celse
Img298 mosquee d or lahore
Img 5371
Dsc01542

Joel Cornette

La première mondialisation (1470-1640) 2ème partie La période 1470-1640 fut le temps du grand désenclavement planétaire, le temps d'une « première mondialisation », mise en relation des parties du monde alors connu, en voie d’exploration et, pour certaines, l’Amérique surtout, en proie à un intense processus de conquête et d’exploitation, qu’on pourrait qualifier d’économie de prédation. L’ampleur des découvertes, l’extraordinaire dilatation du monde connu, l’étonnement provoqué par la vue des plantes, des animaux, des objets ramenés d’Asie et d’Amérique, provoquèrent en Europe des sentiments étranges, mêlant stupeur et interrogations. Notamment, la rencontre avec les « peuples nus » provoqua un grand débat qui mit aux prises les témoins de la conquête, juristes, théologiens, polémistes, écrivains (Montaigne, les Essais). Les historiens ont considérablement modifié l’étude de cette histoire, trop européocentrique au profit de nouveaux paradigmes qui nourrissent la discussion et le débat : « histoire atlantique », « histoire globale », « histoire connectée », « World history ». • La conquête du Mexique et du Pérou : vision des vainqueurs, vision des vaincus. • La construction d’un empire et la mise en place d’un appareil colonial. • Les supports idéologiques de la conquête. • Comment penser l’autre ?« Faire croire » : la christianisation de l’Amérique. • La malédiction de l’or. • La grande crise des années 1620-1640.
220px codex mendoza folio 2r
220px codex borbonicus p11 trecena13

Christian Monjou Eminents Victoriens

Eminents Victoriens Lytton Strachey, l’une des figures majeures du Bloomsbury Group, publie en 1918 un livre intitulé Eminent Victorians qui connait un succès aussi immédiat que spectaculaire. Une génération (les « Edwardiens et Georgiens ») réévalue celle qui l’a précédée et l’héritage ambivalent qu’elle lui a laissé. Le monument victorien est soumis au travail d’une lucidité sans failles à travers quatre incarnations de problématiques essentielles pour toute société : le Cardinal Manning et le religieux, Florence Nightingale et le féminin, Thomas Arnold et l’éducation, le Général Gordon et la colonisation. A travers chacune de ces figures, et au-delà d’elles, c’est à une analyse de l’hégémonie mondiale britannique, mais probablement aussi européenne, que ce livre invite. Un travail salutaire au moment où notre « continent » semble éprouver quelques difficultés à relever les défis du contemporain. • Lytton Strachey et le Victorianisme Présentation de l’auteur, héritier critique du monde qui l’a précédé avec lequel il entretient des rapports complexes. • Le Cardinal Manning Le pourquoi et le comment de la perte de la foi dans le monde victorien. Le « social » comme relève du religieux. • Florence Nightingale La transgression de la doctrine des « separates spheres » et le prix à payer pour cela. • Thomas Arnold Définir un projet éducatif au service de la performance d’une société. • Le Général Gordon Sens et justification de l’expansionnisme colonial et culturel britannique ? • Victoria Incarner une époque : aspects contradictoires du leadership.
Gordon
Nightingale
Tha6negc40 manning

Alain Soubigou Histoire des coups de théâtre de l'histoire

Une histoire des coups de théâtre Grâce à la célèbre Ecole française des Annales, nous savons que l’histoire est constituée par la stabilité des invariants et l’évolution des structures économiques, politiques et culturelles. C’est un acquis fondateur et irréfutable de l’historiographie du XXe siècle, qui a mis de côté l’histoire des batailles, des grands hommes et des événements si nombreux que leur sens contradictoire nous échappe bien souvent. Néanmoins, dans l’histoire, il survient des événements totalement inattendus qui bouleversent de fond en comble les acquis et les structures. Ces événements imprévisibles sont-ils définitivement incompréhensibles ou bien est-il permis d’en dégager des raisons ? Ce cycle de onze conférences tâchera d’expliquer les coups de théâtre de l’histoire, quitte à en démystifier quelques-uns. • La mort d’Alexandre le Grand (323 avant notre ère) • Le triomphe d’Odoacre (476 de notre ère) • La bataille de Poitiers (732) • Le Grand Schisme (1054) • La découverte de l’Amérique (1492) • La bataille de Mohacs (1526) • La bataille du thé de • La prise de la Bastille (1789) • • La victoire du Japon (1905) • Pearl Harbour (1941) et Stalingrad (1943) • L’attentat de l’hôtel du roi David (1946)
Th bataille de mohacs
Sans titre boston tea party

Sébastien Fath Passions franco-écossaises

Passions franco-écossaises de Philippe le Bel au Brexit L'Auld Alliance (1295), traité séculaire entre les Royaumes de France et d'Ecosse, a marqué des siècles d'histoire dans un élan commun contre l'Anglais ! Les Français l'ont oubliée, mais pour les Ecossais, elle fait toujours vibrer. A l'heure du Brexit, ce cycle propose de revisiter cette saga franco-écossaise sous l'angle de la politique et de la religion. Devenue en majorité protestante au XVIe siècle, l'Ecosse s'est en partie éloignée de ses amitiés françaises, mais des liens forts se sont maintenus jusqu'au XXe siècle. Aujourd'hui, l'indépendance de l'Ecosse revient à l'ordre du jour. La sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, contre la volonté de la grande majorité des électeurs écossais, rapproche à nouveau intérêts écossais, français et continentaux. • La mise en place de l'Auld Alliance • Jusqu'au XVIe siècle : une alliance solide contre l'Anglais • La Réforme protestante en Ecosse et le rôle de la France • Entre France, Ecosse et Angleterre, le destin tragique de Marie Stuart (XVIe siècle) • Le XVIIe siècle écossais et la France : des trajectoires s’éloignant • Le XVIIIe siècle franco-écossais : retour de flamme, entre Lumières et révolte catholique • Un modèle écossais, inspirant la loi française de 1905 • Des missionnaires écossais avec un "coeur pour la France" (XIXe-XXe siècle) • Régiments et aumôniers écossais en France durant la Grande Guerre (1914-18) • Whisky, châteaux, rugby et spiritualité... : héritages écossais en France • À l'heure du Brexit, une relation franco-écossaise réévaluée
Traite d edimbourg du 15 decembre 1543 entre marie stuart et francois ier
John duncan 014
The oldest allies in europe 1295 1914 world war i postcard

Henriette Levillain Italies : unité versus diversité

Italies, Unité versus diversité Ce cycle se situe dans le prolongement et en miroir des conférences de l’année 2016-2017 sur le Grand Tour en Italie (XVIIIe-XIXe siècles). Nos voyageurs se plaisaient à comparer les comportements, les institutions et les arts du nord au sud de la péninsule, sachant que chaque État avait ses particularités. Aujourd’hui encore, interrogez un Italien, il est Romain ou Sicilien avant d’être Italien. On aimerait donc considérer, du point de vue cette fois des Italiens, les transformations et les résistances d’une forte culture régionale à l’Unité conclue en 1871. Autant, en effet, la lente construction de l’unité italienne inspire un élan patriotique (représenté par les opéras de Verdi dans les années 1850, ou la poésie d’Ungaretti pendant la guerre de 14-18). Autant, les régionalismes résistent fortement à l’assimilation et proposent des œuvres marquées par leur enracinement identitaire : la Sicile de Pirandello (Nouvelles), de Tomasi di Lampedusa (Le Guépard) ou de Sciascia (Les Oncles de Sicile) ; la Basilicate de Carlo Levi (Le Christ s’est arrêté à Eboli ); la Rome néo-réaliste des cinéastes de l’après-guerre mondiale (Vittorio de Sica, Le Voleur de bicyclette, Rosselini, Rome ville ouverte, Visconti, Rocco et ses frères), ou la Rome fantastique de Fellini (La dolce Vita). Très peu d’œuvres artistiques italiennes du XXe siècle échappent à cette tension entre Nord et Sud, entre volonté unitaire et mémoire affective régionale. A titre d’illustrations, seront convoqués littérature, arts visuels et opéra. Ce cycle, dont le programme détaillé sera distribué, au début de la prochaine saison, les associera selon un fil chronologique.
Th9bneeofu voleur d ebicyclette
Thogbzl8sy

Benoît Pellistrandi "De la démocratie en Amérique"

“De la démocratie en Amérique” L’élection surprise de Donald Trump en novembre 2016 à la présidence des États-Unis a suscité de nombreux commentaires qui traduisent la puissance des clichés européens à l’égard de la première puissance mondiale. Reprenant le titre de l’ouvrage fondateur d’Alexis de Tocqueville, nous nous proposons de revisiter l’histoire politique et sociale des États-Unis en prenant la fonction présidentielle comme observatoire des dynamiques sociales, culturelles et politiques qui ne cessent de transformer le pays tout en approfondissant sa dimension messianique. • Penser les États-Unis (1 : L’héritage du XIXe siècle) • Penser les États-Unis (2 : L’héritage du XXe siècle) • Théodore Roosevelt, premier président moderne? • Woodrow Wilson et l’idéal démocratique américain • Franklin Delanoe Roosevelt, un réformateur • Truman et Eisenhower engagent les États-Unis dans la Guerre froide • Pourquoi Kennedy est-il un mythe et pourquoi oublie-t-on Johnson? • De Nixon à Reagan. Restaurer la présidence • Politique et puissance familiale : la dynastie Bush • Les démocrates de Clinton à Obama • Où placer Trump dans une typologie présidentielle ?
Th863458y8 roosevelt
Th12p4llaw
Thujw9im2r obama

Sabine Lefevre Vivre à Pompéi et Herculanum

Vivre à Pompéi et Herculanum avant l’éruption du Vésuve Les découvertes archéologiques, complétant les informations fournies par les sources littéraires et épigraphiques, nous permettent aujourd’hui de restituer le cadre de vie des habitants de Pompéi et d’Herculanum. Comment se déroulaient les étapes de la vie familiale ? Comment étaient éduqués les enfants ? Quelles étaient les activités politiques et économiques? Comment se déroulaient les activités religieuses ? Quelle était l’attitude face à la mort ? Autant de dossiers que nous explorerons cette année à travers l’exemple des cités de Campanie • Le cadre de vie : la maison et son décor, tout le confort à domicile • La famille et la familia servile : mariage, naissance, vie conjugale … • Les hôtes des laraires : pratiques religieuses italiennes et rites initiatiques étrangers • Participer à la vie politique au sein des campagnes électorales • Travailler, produire et vendre dans un cadre urbain favorable • La mort mise en scène avec goût dans les nécropoles
Sans titre 1
Th5wnjx7vm
Thzwng6xqw

Arnaud Houte Crime et répression en France au XIXe siècle

Crime et répression dans la France du XIXe Vidocq, Javert, Arsène Lupin, Fantômas... Les mythes qui hantent aujourd'hui encore notre imaginaire du crime sont nés au cours du XIXe siècle, au moment même où naissent les sergents de ville, les gendarmes modernes ou les « brigades du Tigre ». Ce cycle propose de relire l'histoire de la France du XIXe siècle à partir de ses peurs sécuritaires. • De quoi les Français du XIXe siècle ont-ils peur ? De l'imaginaire du brigandage à la réalité des villes insalubres et dangereuses, étude de quelques obsessions inquiètes. • D'un Napoléon à l'autre : visite guidée des institutions policières (1800-1870) Quel paysage compliqué que celui des polices françaises ! En décrire les origines, depuis la création de la préfecture de police (1800), est un moyen de comprendre la difficulté de réformer malgré les projets ! • Vidocq, Pandore et les autres : policiers et gendarmes Personnage trouble (Vidocq), inflexible (Javert), ridicule (Pandore), le policier est aussi un homme dont on étudiera la vie quotidienne, les rêves et les désillusions. • Les mondes du vol dans la France du XIXe siècle Bandes organisées, pickpockets anglais, cambrioleurs anarchistes... Tous remettent en cause l'ordre propriétaire du XIXe siècle. • Fantômas, les apaches et les nomades : une Belle Époque de l'insécurité « L'insécurité est à la mode », écrit un journaliste en 1907, « les juges ne condamnent plus », proteste le préfet de police... Le thème criminel devient-il un succès médiatique et un débat politique ? • Vers une nouvelle police, experte et mobile Face aux nouvelles inquiétudes, on veut renforcer et moderniser la police - « la police du XXe siècle sera scientifique ou ne sera pas », écrit le docteur Locard, pionnier de la police technique. Les résultats sont limités, mais les ambitions bien réelles.
Bertillon criminal profiles
Pp 28 02 1892 anthropometrie
Fantomas1911

Date de dernière mise à jour : 15/04/2017

×