Histoire et civilisation

Img568 ephese bibliotheque de celse
Img298 mosquee d or lahore
Img 5371
Dsc01542

Joel Cornette Art et société en France de la Renaissance à la Révolution

Lectures d’une gravure ou d’un tableau, vie d’un peintre, architecture « parlante », représentations du pouvoir... L’historien a aussi son mot à dire dans l’immense domaine de la création artistique. C’est ce que ces huit conférences entendent (dé)montrer à partir d’analyses d’œuvres, d’ensembles architecturaux (une ville, un palais), et de biographies en « action » de créateurs qui, entre Renaissance et Révolution, s’offrent à nous comme autant d’« arrêts sur images » et d’études de cas. • « Faire croire » par l’image : une gravure de propagande luthérienne • Lecture d’un tableau : Le Repas des paysans des frères Le Nain • Dans l’intimité d’un peintre : Rembrandt (2 conférences) • Charles Le Brun ou la « fabrique » de Louis XIV • L’invention de la ville-spectacle : Rome, capitale de la Contre-Réforme • Architectures parlantes : Versailles, emblème de l’Etat absolu ; Washington, emblème de la démocratie • Comment représenter le roi ? de François Ier à Louis XVI
Cornette img 3739
Cornette 01sp1626 1
Cornette 63woodcu 1 25942
Louis xiv antoine benoist 1715

Sébastien Fath Michel Houellebecq et la religio

Né en 1956 à Saint-Pierre de la Réunion, Michel Houellebecq est considéré par beaucoup comme le plus grand écrivain français vivant. Sismographe du changement culturel et social, il porte sur la société contemporaine un regard acéré, servi par une plume nerveuse, précise, et un sens aigu de la narration. Poète puis romancier et essayiste, lauréat du prix Goncourt en 2010, il est également salué à l'étranger comme un auteur brillant, et controversé. Michel Houellebecq sait prendre la pulsation du changement qui marque les sociétés libérales. Ses livres nous apprennent beaucoup sur la modernité désenchantée. Sous l'angle de l'histoire et de la sociologie, ce cycle s'intéresse au regard de cet écrivain hors norme sur la religion. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu Houellebecq pour suivre ce cycle. Ses œuvres seront présentées, citées, abordées en tant que sources. Elles seront analysées dans le contexte des mutations religieuses et laïques contemporaines. • Michel Houellebecq, contemporain d'une société déchristianisée • Les romans de Houellebecq et Mai 1968, ou le carrefour des illusions ? • Le catholicisme dans l'œuvre de Houellebecq • Michel Houellebecq et la fascination pour les sectes • Les rêves de Prométhée et le transhumanisme chez Houellebecq • L'islam dans l'œuvre de Michel Houellebecq • La religion la plus c.... le procès Houellebecq en 2010 • Michel Houellebecq, la religion et Eric Zemmour • Michel Houellebecq, la religion et Michel Onfray • Ce que Michel Houellebecq n'a pas vu : silences entre les lignes • L'internationale des lecteurs face à Houellebecq. Un nouveau Voltaire ?
Michelhouellebecq
Soumission

Alain Soubigou Georges Clemenceau, mille et une facettes

L’actuel président de la République s’est explicitement réclamé de Georges Clemenceau, s’est rendu à son musée près des Champs-Elysées le 11 novembre 2017 et a prononcé quelques mots élogieux sur le « Père de la Victoire » de 1918. Un grand nombre d’avenues lui sont dédiées. Un dictionnaire entier lui est consacré. La postérité de Clemenceau fut-elle pourtant si univoque ? Georges Clemenceau (1841-1929) fut un homme de contradictions. Comment se fait-il que son souvenir le mette tout de suite après de Gaulle parmi les grandes figures de la République et qu'il ait échoué à se faire élire président de la République ? Un siècle après sa décisive présidence du Conseil qui mena notre pays à la victoire, revenons sur les nombreuses facettes de ce fameux personnage. • Georges Clemenceau : portrait en pied • Clemenceau et la Vendée • Clemenceau et la médecine • Clemenceau et les femmes • Clemenceau journaliste • Clemenceau et l'Affaire Dreyfus • Clemenceau entre gauche et droite • Le Tigre • Clemenceau et les petites phrases • Clemenceau chef de guerre • Clemenceau et l'art
Sans titre 3
Vers70 raffaelli 001f

Henriette Levillain Les désillusions de l’unité italienne

Les revendications actuelles d’autonomie des provinces du Nord de l’Italie trouvent leur origine dans les désillusions nées aux lendemains du Risorgimento. Autant en effet la lente construction de l’unité italienne (1871) avait inspiré un élan patriotique (orchestré dans les années 1850 par les opéras de Verdi et salué avec enthousiasme par Manzoni, l’auteur de I promessi sposi, les Fiancés), autant les provinces, avec leur histoire et leurs particularismes, ont résisté fortement à la centralisation politique et administrative, imposée par Rome. Très peu d’œuvres artistiques italiennes du XXe siècle échappent à cette tension entre volonté unitaire et mémoire affective régionale. Cette thématique avait inspiré le cycle de conférences de l’année 2017-2018 et nous avait conduits de l’extrême sud, de la Sicile jusqu’à Rome en nous arrêtant sur le chemin à Naples et à Eboli. A la demande de la majorité des auditeurs, toujours curieux de l’Italie, le présent voyage repartira de Rome (Fellini, Bolognini) et se terminera à Trieste (D’Annunzio, Italo Svevo), en passant par la Lombardie (Manzoni), la plaine du Pô (De Santis, Antonioni) et Venise (Ippolito Nievo). Il convoquera à nouveau littérature et cinéma. Le programme détaillé en sera donné au premier cours.
Tho589y9kd
Riz amer

Christian Monjou Six dates qui ont fait les Etats-Unis

La nation américaine s’est construite au fil du temps, des annexions de territoires vastes et des flux de migrants, aux origines variées, apportant leurs espoirs, leurs idéaux et permettant en deux siècles de faire des Etats-Unis la première puissance tant économique que militaire et d’inventer un mode de vie original • 17 septembre 1787 : la jeune nation adopte son texte institutionnel fondateur qui est toujours valide aujourd’hui • 9 avril 1865 : Le général Lee, commandant en chef des armées sudistes, se rend à Appomatox mettant ainsi fin à la crise identitaire profonde ayant débouché sur la guerre de Sécession. • 10 mai 1869 : jonction de deux locomotives, à Promontary Point (Utah), parties des côtes est et ouest, rendant visible la « destinée manifeste » des Etats-Unis. • Mars 1896 : publication de l’article de Louis H. Sullivan dans le Lippincott’s Monthly « The tall office building artistically considered » soit la première théorisation de l’architecture du gratte-ciel. • 6 septembre 1901 : l’assassinat du 25e président des Etats-Unis, William McKinley à Buffalo (New York) amène au pouvoir Théodore Roosevelt qui proposa ensuite une nouvelle identité économique et sociale à la nation. • 6 avril 1917 : à la demande du président Woodrow Wilson, le Congrès des Etats-Unis déclare la guerre à l’Allemagne. Le XXe siècle sera américain.
2 promontory point 1869 granger
Appomatox sans titre

Benoît Pellistrandi Des vies parallèles ?

200px bonaparte premier consul
Plutarque a créé dans l’Antiquité un exercice de réflexion historique et biographique remarquable : les Vies parallèles. Il s’agissait de confronter deux personnages et de comparer leurs vertus et leur action dans l’histoire. On peut essayer de tenter l’exercice avec des personnages contemporains car le rapprochement en histoire permet souvent de mieux comprendre la manière dont les hommes agissent. Cela oblige aussi à ne pas oublier la dimension morale dont est faite l’histoire. • Bonaparte-de Gaulle : l’épée constituante (2 séances) • Thiers-Pétain : gouverner la France après une défaite (2 séances) • Guizot-Giscard : le centre en échec (2 séances) • Pétain-Hindenburg : les maréchaux en politique (2 séances) • De Gaulle-Franco : militaires rebelles et hommes d’Etat (2 séances) Plutarque a créé dans l’Antiquité un exercice de réflexion historique et biographique remarquable : les Vies parallèles. Il s’agissait de confronter deux personnages et de comparer leurs vertus et leur action dans l’histoire. On peut essayer de tenter l’exercice avec des personnages contemporains car le rapprochement en histoire permet souvent de mieux comprendre la manière dont les hommes agissent. Cela oblige aussi à ne pas oublier la dimension morale dont est faite l’histoire. • Bonaparte-de Gaulle : l’épée constituante (2 séances) • Thiers-Pétain : gouverner la France après une défaite (2 séances) • Guizot-Giscard : le centre en échec (2 séances) • Pétain-Hindenburg : les maréchaux en politique (2 séances) • De Gaulle-Franco : militaires rebelles et hommes d’Etat (2 séances) Des vies parallèles ? Plutarque a créé dans l’Antiquité un exercice de réflexion historique et biographique remarquable : les Vies parallèles. Il s’agissait de confronter deux personnages et de comparer leurs vertus et leur action dans l’histoire. On peut essayer de tenter l’exercice avec des personnages contemporains car le rapprochement en histoire permet souvent de mieux comprendre la manière dont les hommes agissent. Cela oblige aussi à ne pas oublier la dimension morale dont est faite l’histoire. • Bonaparte-de Gaulle : l’épée constituante (2 séances) • Thiers-Pétain : gouverner la France après une défaite (2 séances) • Guizot-Giscard : le centre en échec (2 séances) • Pétain-Hindenburg : les maréchaux en politique (2 séances) • De Gaulle-Franco : militaires rebelles et hommes d’Etat (2 séances) Plutarque a créé dans l’Antiquité un exercice de réflexion historique et biographique remarquable : les Vies parallèles. Il s’agissait de confronter deux personnages et de comparer leurs vertus et leur action dans l’histoire. On peut essayer de tenter l’exercice avec des personnages contemporains car le rapprochement en histoire permet souvent de mieux comprendre la manière dont les hommes agissent. Cela oblige aussi à ne pas oublier la dimension morale dont est faite l’histoire. • Bonaparte-de Gaulle : l’épée constituante (2 séances) • Thiers-Pétain : gouverner la France après une défaite (2 séances) • Guizot-Giscard : le centre en échec (2 séances) • Pétain-Hindenburg : les maréchaux en politique (2 séances) • De Gaulle-Franco : militaires rebelles et hommes d’Etat (2 séances)
1152443790 small

Sabine Lefevre Le déluge à travers les mythologies

Th5v82k09t
Parmi les récits les plus connus de la Bible, dans le livre de la Genèse, figure le déluge : qui ne connaît pas Noé et son arche ? Or, le récit d’une inondation catastrophique est connu dans plusieurs cultures, méditerranéennes ou plus lointaines. Chacune de ces évocations possède des points communs, mais aussi des différences. Les conférences de ce cycle ont pour objectif de comparer les diverses traditions en évoquant les sources littéraires et iconographiques, et de les mettre en rapport avec ce que l’archéologie, la géologie, l’étude du niveau des mers nous apportent comme connaissances : le déluge fut-il une réalité ? • Noé et son arche : le déluge de la Bible. • L’épopée de Gilgamesh : le déluge sumérien. • Le déluge voulu par Zeus : le renouveau de la population grecque. • La mort d’Ymir, source du déluge scandinave. • Le déluge maya, la destruction des hommes de bois. • Comparaison et réalité : un déluge ? des déluges ?
Nuremberg chronicles f 11r 1

Arnaud Houte Françaises et Français du XIXe siècle

Tart20 denatalite 02f
La seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle (la « Belle Epoque ») évoquent un imaginaire dont témoignent l'architecture du Paris haussmannien ou les « mairies-écoles » des petites communes rurales. Ce demi-siècle pose les jalons de notre civilisation moderne. Au détour de ce cycle d'histoire sociale, qui empruntera beaucoup à la littérature (des Misérables à A la recherche du temps perdu) et à la peinture (de Courbet aux impressionnistes), on croisera des familles paysannes, des ouvriers, des automobilistes, des institutrices, des médecins, des curés de campagne • Vivre, aimer, mourir, au milieu du XIXe siècle. On ne meurt plus de faim, ni du choléra, dans la seconde moitié du XIXe siècle ; mais la mortalité infantile reste élevée et l'espérance de vie limitée. On aime, on se marie, on fait des enfants – peu d'enfants ! • Des campagnes en mouvement. Les progrès techniques se multiplient dans des campagnes plus prospères et mieux intégrées à l'espace national. Le chemin de fer favorise l’exode rural... Entre apogée et crise d'identité, quelles réalités pour la France rurale ? • Villes et modernité. C'est le temps de l'industrie – avec ses cruautés – et de la modernité urbaine. Des travaux haussmanniens à la construction de la Tour Eiffel, un nouveau monde émerge. • Eduquer la société. La Troisième République veut éduquer le peuple et forger le citoyen. Mission confiée aux instituteurs, les « hussards noirs de la République », mais aussi aux médecins, aux gendarmes, à tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, établissent un nouvel ordre partagé. • La Belle Epoque des inégalités. Paris 1900, ville des extrêmes : quoi de commun entre, d'un côté, les beaux quartiers de la bourgeoisie parisienne et du « grand monde », et de l'autre, la banlieue ouvrière en développement ? Ce fossé reste à combler. • Le nouveau siècle. Le Tour de France, le feuilleton (Arsène Lupin), le cinéma (Fantômas)... L'imaginaire trépidant de la vitesse et de la modernité s'impose. Avec l'automobile, vient le temps des « écraseurs de piétons » ; avec l'aviation, plane la menace du bombardier... Peut-on encore croire au progrès au printemps 1914 ?
Img haussmann
Ouvrier sans titre

Date de dernière mise à jour : 29/04/2018